Entreprises du Patrimoine Vivant : l’histoire et l’avenir

Écrit par Olivier Rigaud. Publié dans SOCIETE

La première rencontre des Entreprises du Patrimoine Vivant de la région Centre-Val de Loire a eu lieu vendredi 24 novembre, au centre de formation des apprentis de la chambre de métiers du Loiret, à Orléans.

Cette manifestation, portée par la Direccte Centre-Val de Loire, visait à valoriser les entreprises EPV, promouvoir leur action pour l’apprentissage et la formation, et les inciter à s’organiser au niveau régional pour renforcer leur communication.

Le label d’État EPV a été mis en place en 2006. 48 entreprises régionales sont labellisées. 52 % d’entre elles relèvent de l’artisanat, 35 % de l’Industrie et 6 % sont des doubles inscrits (inscrits au répertoire des métiers et au registre du commerce). Elles représentent 1 807 emplois et un chiffre d’affaires cumulé annuel en région de près de 154 millions d’€. Plus de 75 % des EPV régionales réalisent une partie de leur chiffre d’affaires à l’international.

Attribué pour une durée de cinq ans (renouvelable) par le ministre de l’Économie et des Finances, le label EPV récompense des entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence, qui se caractérisent par une histoire et un patrimoine parfois séculaires, des capacités d’innovation et des savoir-faire rares qui ont contribué à asseoir leur notoriété dans le tissu entrepreneurial français.

Acteurs précieux de l’emploi et de l’apprentissage, les EPV proposent des produits à haute valeur ajoutée et des emplois non délocalisables. Leur engagement dans la formation interne est un des critères de labellisation : compagnons, apprentis, etc.

Cette rencontre répond à une préoccupation majeure de l’économie française : donner aux jeunes les clés d’une bonne orientation. A l’heure où la France cherche des emplois pour ses jeunes et que 15 % des dirigeants d’EPV veulent transmettre leur entreprise dans les 5 ans à venir, l’apprentissage est parfois la seule formation possible pour des techniques si spécifiques.

Les entreprises éligibles

Sont éligibles les entreprises qui exercent une activité de production, de transformation, de réparation ou de restauration. Elles doivent être inscrites au répertoire des métiers ou au registre du commerce.  Les entreprises du secteur agricole ne sont pas éligibles.

Les critères

Les maisons labellisées « EPV » se caractérisent par :

- un patrimoine économique spécifique issu de l’expérience manufacturière,

- un savoir-faire rare qui repose sur la maîtrise de techniques traditionnelles ou de haute technicité,

- l’attachement à un territoire.

Pour bénéficier du label, elles doivent réunir trois critères :

- détenir un patrimoine économique spécifique, qui peut être constitué d’équipements ou de documentations techniques rares. Il peut comprendre également les droits de propriété intellectuelle de l’entreprise ou se traduire par un réseau de clientèle spécifique et par des marchés remarquables.

- détenir un savoir-faire rare, notoire et indiscutable, exclusif ou partagé avec un nombre très limité d’entreprises. Il peut s’agir d’un savoir-faire non accessible par les voies de formation normales et dispensé par l’entreprise elle-même, ou par la présence au sein de l’entreprise de salariés détenant un savoir-faire exigeant une formation très longue, d’employés difficiles à recruter ou à former.

- être renommées pour la dimension culturelle de leurs prestations ou de leur localisation. Leur notoriété peut provenir également de leur contribution à l’évolution technologique de leur activité et au maintien du métier en France.

Les avantages

Les avantages pour les entreprises labellisées portent sur quatre éléments : la fiscalité, le développement commercial, la communication et la reconnaissance.

Des incitations fiscales

- un crédit d’impôt apprentissage de 2 200 euros par apprenti et par an

- un crédit d’impôt égal à 15 %, plafonné à 30 000 € par an, de la somme des salaires et charges sociales afférents aux salariés directement affectés à la création d'ouvrages réalisés en un seul exemplaire ou en petite série.

Un appui au développement économique

Les entreprises labellisées peuvent :

- bénéficier d’une présence collective sur des salons emblématiques

- être soutenues et accompagnées à l’export par Business France.

- disposer d’un appui individuel en lien avec les organismes consulaires et  professionnels : diagnostic export, accompagnement…

- participer à de nombreuses actions collectives ou individuelles : visites de prescripteurs étrangers en France, salons, rencontres acheteurs, présentations de produits et de savoir-faire) pour promouvoir le label à l’échelon international

- d’aides au financement notamment par la SIAGI  (société de caution mutuelle) et par BPI France

Une communication pro-active

- Un site internet dédié au label et aux entreprises labellisées www.patrimoine-vivant.com  afin de mieux promouvoir les valeurs du label, ses entreprises et leurs savoir-faire

- une version anglaise du site : www.frenchsavoirfaire.com

- une page Facebook : www.facebook.com/patrimoinevivant,

- Twitter: twitter.com/labelepv,

- Instagram: www.instagram.com/labelepv/

- Google+:  www.google.com/+PatrimoinevivantEPV

- Pinterest:  www.pinterest.com/labelEPV

- YouTube:  www.youtube.com/user/patrimoinevivantEPV

- Dailymotion:  www.dailymotion.com/patrimoinevivant

- LinkedIn:  www.linkedin.com/company/label-entreprise-du-patrimoine-vivant-epv-

Un bénéfice en termes de reconnaissance

Une reconnaissance de l’entreprise comme fondatrice de l’identité économique et culturelle française

Une reconnaissance de son savoir-faire à l’échelle nationale et internationale.

L’attribution du label EPV menée par des experts

Une commission nationale indépendante constituée de professionnels examine les dossiers.

L’Institut Supérieur des Métiers (ISM) assure le secrétariat de la commission et instruit les demandes d’attribution du label.

La Direccte est sollicitée pour donner un avis pour chaque dossier. Elle visite systématiquement l’entreprise et rencontre le chef d’entreprise. Elle conduit parfois ces visites avec l’organisme consulaire consulté et l’expert mandaté.

L’ISM peut diligenter un expert, si elle le juge nécessaire.

Les organismes consulaires (Artisanat et Commerce) sont également sollicités pour avis ainsi que l’Institut National des Métiers d’Art (INMA) pour les métiers d’art.

Une procédure de labellisation en  cinq étapes :

L’entreprise dépose sa demande à l’ISM.

L’ISM transmet la demande à la commission nationale accompagnée d’un rapport qui inclut l’avis de la Direccte, des organismes consulaires et de l’INMA pour les entreprises de métiers d’art.

La commission nationale examine le dossier de candidature et donne un avis.

L’avis de la Commission nationale est transmis aux ministres qui attribuent (ou non) le label à l’entreprise.

L’entreprise reçoit une notification officielle du ministre lui accordant le label. Toutes les décisions sont motivées.

Les entreprises peuvent candidater tout au long de l’année :

- en ligne ou en téléchargeant le dossier sur le site Internet dédié au label : www.patrimoine-vivant.com

- auprès de l’Institut Supérieur des Métiers Secrétariat de la Commission nationale des Entreprises du Patrimoine Vivant -  28/30, rue des Peupliers – 75013 PARIS // Tél : 01 44 16 80 40 // Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La garantie d’un savoir-faire rare et exceptionnel

Une entreprise labellisée propose des prestations d’excellence reconnues dans son secteur d’activité. Le label est donc une référence pour les consommateurs, les clients, les prescripteurs, un savoir-faire d’exception pour réaliser des travaux complexes de restauration ou donner une dimension unique aux œuvres nouvellement créées.

Une marque de tradition et de modernité

Une entreprise labellisée est une entreprise dont l’activité se mêle souvent à l’histoire d’un métier ou d’un territoire. Elle est attachée à la tradition et aux règles de l’art et perpétue ou réintroduit des techniques garantissant le plus haut niveau de qualité. Tout en conservant ces traditions, elle  innove dans ses procédés de production et dans ses produits, afin de répondre aux nouveaux besoins et exigences des consommateurs, clients et prescripteurs.

Une réponse aux besoins les plus pointus

Une entreprise labellisée est une entreprise apte à mener des travaux uniques et exceptionnels, et de proposer des solutions adaptées aux chantiers les plus originaux ou aux clients les plus exigeants. En choisissant une Entreprise du Patrimoine Vivant, les consommateurs, les clients, les prescripteurs, trouvent des réponses et des prestations sur mesure pour leurs commandes spéciales.

Un soutien au « made in France »

70 %  (chiffre national) des  Entreprises du Patrimoine Vivant exportent leur production et valorisent ainsi les savoir-faire français à l’international. En faisant appel au savoir-faire d’une EPV, les clients et prescripteurs participent au maintien et développement de ces activités en France, et conforte la pérennité d’emploi non délocalisés. 

Des possibilités de découverte et de partage

Les Entreprises du patrimoine vivant, dépositaires d’un patrimoine, sont attachées à la transmission de leur savoir-faire.  Beaucoup d’entre elles  proposent  au public de découvrir leur histoire, leur métier, leurs réalisations, en organisant des visites d’ateliers, en ouvrant des musées, des espaces de présentations de collections, en accueillant des apprentis, des stagiaires et en formant leurs salariés.

Les entreprises du patrimoine vivant en région Centre-Val de Loire

Depuis son lancement en mai 2006, le label « Entreprise du Patrimoine Vivant » a été attribué à 1 400 entreprises françaises. La Région Centre-Val de Loire compte 48 entreprises « EPV » soit 3,5 % des labellisations nationales. 23 sont des entreprises métiers d’art.

La Direccte émet un avis sur chaque dossier de la région Centre-Val de Loire et visite, pour ce faire, systématiquement chaque entreprise.

Elle mène également une veille pour détecter les entreprises réunissant les critères et les inciter a demandé la labellisation.

Depuis 2002, la Direccte a ainsi instruit 146 dossiers. 59 entreprises ont été labellisées. 48 sont en activité. Le taux de labellisation de 41 %, en région Centre-Val de Loire, est supérieur au taux de labellisation national sur les dix dernières années (34 %).

Pour l’année 2017 (au 31 juillet 2017), on enregistre un taux de la labellisation de 100 %.

Au 8 novembre 2017, 10 demandes, instruites par la Direccte  attendent la décision ministérielle. 3 demandes sont en cours de traitement à la Direccte.

Profil des entreprises EPV de la région Centre-Val de Loire

Secteur d’activité

52 % des entreprises labellisées relèvent de l’artisanat, 35 % de l’Industrie et 6 % sont des doubles inscrits (inscrits au répertoire des métiers et au registre du commerce). 23 d’entre elles sont entreprises de métiers d’art.

Ancienneté

En région Centre-Val de Loire, 56 % des entreprises ont été créées entre 1950 et 2000, 19 % entre 1900 et 1950 et 10 % entre 1800 et 1900. A l’échelon national, 25 % ont été créées avant 1900, 21 % entre 1900 et 1950

Emploi

Les 48 entreprises labellisées de la région Centre-Val de Loire représentent 1 807 emplois et un chiffre d’affaires cumulé annuel de plus de 153 ,5 millions d’€. Sur le plan national les 1 400 EPV représentent 63 400 emplois et un CA de près de 14 milliards d’Euros.

Exportation

Plus de 75 % des entreprises labellisées réalisent une partie de leur chiffre d’affaires à l’intertational (72 % sur le plan national). Les exportations supérieures à  50 %) représentent le principal débouché pour 21 % des entreprises (14 % sur le plan national).

Effectifs

Les entreprises labellisées offrent une grande diversité de profils en matière d’effectifs. L’entreprise la plus petite compte une personne, la plus importante emploie 350 salariés.

Ainsi 15 % des entreprises labellisées comptent plus de 50 personnes. 31 % 20 à 49 personnes, 17 % entre 10 et 19 salariés. 15 % des chefs d’entreprise travaillent seuls.

Sur plan national ce sont les entreprises de 20 à 49 salariés qui prédominent.

Implantation géographique

Le département d’Indre et Loire accueille le plus grand nombre d’entreprises labellisées 14 EPV soit 29 %), suivi de l’Indre 10 EPV soit 21 %) puis de l’Eure-et-Loir 9 EPV soit 19 %).

Les départements du Cher, Loiret et Loir-et-Cher accueille entre 2 et 8 entreprises.

Domaines d’activité

Les Entreprises du Patrimoine Vivant couvrent 7 domaines : équipements professionnels, patrimoine bâti, décoration, arts de la table, culture et loisirs et mode et beauté.

En région Centre-Val de Loire, le secteur le plus représenté est la décoration 35 % (17 EPV) suivi du secteur de la culture et du loisir 17 %  (8 EPV), le secteur des équipements professionnels et mode et beauté avec respectivement 13 % (6 EPV) 

Dans le Loiret

Faïencerie de Gien, meubles Taillardat (ébenisterie), Michel Parmenon (facteur de flûtes), Bassaïsteguy Masson (mobilier en bois et métal), Orléans-Comestic, Mazet de Montargis (confiserie), Triax (produits mécano-soudés).

Les flûtes Parmenon – facteur de flutes traversières

Michel Parmenon crée son atelier en 1968 dans le centre d’Orléans. Très rapidement reconnu comme l’un des tous meilleurs réparateurs de flûte, un ami flûtiste professionnel le défie de fabriquer un instrument entier.

Autodidacte, il se plonge alors dans l’étude de la facture française de la flûte traversière qui fait référence dans le monde depuis sa création au milieu du XIXème siècle. La première flûte Parmenon voit le jour en 1979 respectant tous les critères de qualités les plus élevés de l’époque.

Monsieur Parmenon a cédé la gérance de son entreprise en 2009 à M. Rémi Caron, un des artisans de son atelier. M. Caron travaille avec son associé M. Helou.

Toutes les opérations de fabrication sont assurées en interne et sont complexes : coupe et usinage des tubes, usinage des cheminées, boules, patins, bagues et pièces mécaniques, pré-assemblage du corps et des pièces mécaniques, fabrication et assemblage des mécaniques, etc. jusqu’aux réglages finaux.

Chaque artisan de l’atelier est capable de mener une flûte de bout en bout. Les choix techniques et acoustiques différencient les flûtes.

49, rue du Colombier - 45000 Orléans - 02 38 42 09 10 www.parmenon.fr

  • Feuilletez tous nos numéros