Imprimer

Bellier : l'esprit de la fête perdure à La Ferté-Saint-Aubin

Publié dans Économie

Du drugstore au Géant de la fête, les établissements Bellier ont bien grandi à La Ferté. Ils viennent d’être récompensés.

"Vendre le plus de produits possibles, le moins cher possible, à de plus en plus de clients. " Tel est la devise de Jean-Marie Bellier depuis 35 ans.
Le 17 octobre dernier, les établissements Bellier ont fêté leur soixantième anniversaire en inaugurant à La Ferté-Saint-Aubin leur nouveau site de stockage de 1 210 m².

Qu’il est loin, le petit bazar de 60 m² créé en 1951. En 1974, Jean-Marie a repris les rênes de l’entreprise familiale, après avoir fait ses premières armes au Trésor public où il a rencontré son épouse, Paulette.
Au fil des années, le bazar prend de l’ampleur. Doublement de la surface en 1977, achat du magasin voisin deux ans plus tard. Tant et si bien qu’à partir de 1986, à la suite de nombreux agrandissements, le magasin offre une surface de vente de 600 m² avec 500 m² de stockage. L’ensemble des bâtiments, situé dans la rue du Général-Leclerc, s’appelle alors « Le Drugstore fertésien ».

Soutien aux associations
Dans les années 1990, la société de Jean-Marie Bellier entre dans une phase d’expansion très pensée et réfléchie. Acquisition d’un terrain dans la zone du Rothais. Construction d’un bâtiment de 1 000 m² puis, en 1995, d’un bâtiment de stockage de 5 000 m². En 2006, un local pyrotechnique aux normes européennes, homologué par la Drire (Direction régionale de l’industrie, de la recherche et de l’environnement), est bâti. Cette année, un nouveau local porte la capacité de stockage à 7 200 m3. L’ensemble de ces bâtiments est baptisé « Le Géant de la fête ».

 


Vingt-cinq personnes travaillent aujourd’hui au sein de cette structure, qui assume un rôle social dans la ville. Associations, écoles, mairies, comités d’entreprise sont les principaux clients de cette enseigne spécialisée dans les articles de fête, stands d’animations, lotos, feux d’artifices, récompenses sportives… À l’occasion de certaines manifestations, les invendus sont même repris. Pour les associations qui n’ont pas de trésorerie suffisante, Jean-Marie Bellier ne fait payer qu’une fois la fête organisée.
Si certains objets à bas prix viennent de Chine, Karine, la fille de Jean-Marie, et son mari Franck, en charge des achats, essayent au maximum de commander des produits français.

Toujours à la pointe des innovations, après le catalogue qui existe toujours, la famille Bellier a investi dans l’Internet, secteur de développement dévolu à Romain, le fils du couple Bellier. Des commandes sont ainsi livrées dans tout l’hexagone par cette enseigne qui n’a pas d’équivalent.
« Construire et aimer sont les deux plus beaux mots de la langue française. Il ne faut jamais arrêter, encore moins renoncer ou baisser les bras. » Une phrase que Jean-Marie Bellier aime répéter et qui reflète bien l’état d’esprit qu’il a su insuffler à cette entreprise depuis ces 35 dernières années.


Jean-Claude Michel.

La fête en chiffres

• 25 salariés.
• 60 ans d’existence.
• 300 spectacles pyrotechniques personnalisés tirés l’an passé.
• 1 site pyrotechnique homologué par la Drire.
• 1 000 déguisements à thèmes et d’âges différents.
• 1 700 m² de surface de vente.
• 10 tonnes de confettis vendues
en une année.
• 12 tonnes de dragées vendues cette année.
• 5 000 coupes en magasin.
• 12 000 m3 de surface de stockage.
• 12 000 clients, particuliers,
associations, clubs et mairies.
• 15 000 références disponibles dans le magasin.
• 92 000 catalogues distribués
sur l’hexagone.
• 250 000 visiteurs dans le magasin en une année.
• 600 000 articles vendus sur
Internet ou par correspondance.
• 4 500 000 euros de chiffre
d’affaires.

Feuilletez tous nos numéros